Posts Tagged ‘led’

Bain de neige pour ma Ra Clicky!

23 janvier 2011

Aujourd’hui petite balade à Montréal par – 20 °C, heureusement sans vent mais avec un beau soleil.

L’occasion pour moi de m’essayer à la prise de photos extérieures de ma HDS Ra Clicky 140GT — nom de code barbare pour cette petite lampe torche américaine très solide, bien finie et presque entièrement programmable.

HDS Ra Clicky dans la neige

Un peu de soleil dans les cavernes

27 août 2010

Je vais parfois voir quels mots-clefs ont amené mes visiteurs sur ce blogue. Deux recherches sont récurrentes : « lumens lux candelas » et « éclairage led spéléo ».
Ouf! j’ai un article pour la première, mais je devrai me mettre au boulot pour la seconde!

Sous les pavés, la Scurion

À défaut de comparatif sérieux et objectif, voici un court time-lapse qui donne une idée réaliste de l’éclairage d’ambiance et du spot offerts par une frontale spéléo, suisse et haut de gamme : la Scurion. Ces photos montrent les galeries étroites et sinueuses des carrières qui courent sous Paris (celles qu’on appelle improprement « catacombes », surtout quand on est touriste).


Sous Paris, la Vie
À propos de la musique : 604 de Brian Scott Bennett; Directional Space Music (BMI); compositeur : Brian Scott Bennett (BMI).

Frontale spéléo Scurion montée sur le casque Armour de Camp

Frontale spéléo Scurion montée sur le casque Armour de Camp
(casque loin devant ses concurrents en termes de légèreté et surtout de confort).

Différents modes d'une Scurion

Tête de la frontale spéléo Scurion,
avec l’une ou l’autre de ses multiples leds : spot, veilleuse ambre, niveaux de batterie, grand angle.

Scurion ou chandelle sur le casque?

Si vos finances le permettent, oubliez les frontales du (super)marché ou du Déca-Sport car elles manquent franchement d’optimisation : leds dépassées, faisceau étroit (qui oblige à tourner la tête continuellement, bien loin du confort de l’acétylène), régulation approximative, matériaux douteux, etc.

À moins de préférer les captrices de la dudulle à carbure ou d’être capable de bricoler soi-même la meilleure frontale du monde, pourquoi ne pas se tourner vers les spéléos qui en conçoivent pour les spéléos?

Citons quelques modèles semi-artisanaux :

  • Scurion : le top du top qui combine lumière d’ambiance façon acéto et tableau de bord façon navette spatiale.
    Pour les riches, les geeks et les photographes!
  • Ledlampe IV (TechTonique/Michel Demierre) : simple mais optimale, sans concession sur les lumens ni sur les fonctionnalités.
    Pour ceux qui ne voient pas pourquoi un éclairage à led devrait coûter plus cher qu’un éclairage à l’acétylène!
  • Viper Light : dans la lignée de la Scurion, plus compacte mais qui clignote aussi de partout; hélas! les forums en parlent peu…
    Pour ceux qui veulent la tester et m’en donner des nouvelles!
  • Stenlight : une frontale compacte et basique, malheureusement sans indication du niveau de décharge ni réelle protection des batteries lithium-ion.
    Pour les explorateurs urbains qui ne dépassent pas les quelques heures sous terre et pour les inconscients qui mettent la batterie dans leur casque (et je suis sérieux, certains le font — avez-vu toutes ces vidéos de batteries qui explosent lors d’un choc un peu fort ou d’un court-circuit?).

Et surtout, n’oubliez pas votre vieille Tikka comme lampe de secours!

Des leds pour éclairer les rues

16 mars 2010

Lampadaire à vapeur de mercure

Une étude américaine initiée par la ville de Pittsburgh a montré que les leds et les lampes à induction étaient une solution économique et écologique pour l’éclairage urbain. Les leds, vous les connaissez : ce sont ces toutes petites « ampoules » qu’on commence à voir partout (en fait un semi-conducteur, c’est-à-dire un composant électronique, capable d’émettre de la lumière); les ampoules à induction utilisent la fluorescence sur le même principe que les tubes fluorescents (« tubes néon »)  ou les fluocompactes, à ceci près que la source d’énergie est un champ magnétique et non un arc électrique.

Ces sources sont plus coûteuses à fabriquer et leur impact sur l’environnement est plus grand — surtout s’il s’agit de refaire toute l’installation —, toutefois l’étude montre que la stratégie est payante à long terme puisqu’on économise sur la consommation électrique et le taux de remplacement des lampes.

C’est évidemment une bonne nouvelle pour les citoyens et la planète. Mais on oublie ceci : la lumière des leds et des lampes à induction est aussi bien plus belle que celle des lampadaires qu’elle remplace. Le rendu des couleurs est très bon voire excellent, la lumière apparaît neutre ou chaude (notamment avec l’induction). La teinte orange artificielle des lampes au sodium qu’on voit partout disparaîtra en même temps que celle, cadavérique, des lampes à mercure (image ci-dessus).

Le dehors sera donc aussi joliment éclairé que le dedans, augmentant ainsi la convivialité et l’impression de sécurité. Pittsburgh se targue d’être la ville la plus agréable à vivre des États-Unis : chouette!

Pour en savoir plus :
» Des Led dans la ville, le meilleur choix pour l’éclairage urbain (sur Futura-Sciences)
» A Bright, Green Idea for Pittsburgh (PDF, communiqué de la ville de Pittsburgh)