Posts Tagged ‘écologie’

Des fleurs au parfum de mercure

21 octobre 2010

Fleurs fluocompactes (publicité Hydro-Québec)

L’autre jour en feuilletant le journal dans le métro, je suis tombé sur cette publicité — que j’ai vue sur le quai un peu plus loin, sous forme d’affiche.

J’aurais pu la trouver belle, poétique. Aurais-je dû?

En vérité je l’ai trouvée troublante. Très troublante. J’ai immédiatement ressenti un goût malsain dans la bouche pendant que j’imaginais mon sang se parer de reflets métalliques et s’empoisonner lentement…

— Car ces fleurs, en fait, ont un amer parfum de mercure.

Ces lampes « à économie d’énergie » ont envahi les magasins et les demeures. Le grand public commence tout juste à l’apprendre : ces jolis tubes fluorescents miniaturisés et torsadés contiennent en fait du… mercure. Oui, ce mercure si toxique qu’on a eu tant de mal à retirer d’objets aussi banals que les thermomètres et les piles.

Qui n’a jamais cassé une ampoule? Qui recycle ses fluocompactes qui durent à peine plus qu’une lampe classique malgré les promesses des fabricants?

Lorsque je vois cette publicité, lorsque je vois ces fleurs de verre et de plastique, je sais qu’un jour ou l’autre je respirerai leur parfum métallique…

Publicités

L’Heure pour la Terre : une heure aussi pour soi?

25 mars 2010

Bougie (pour l'Heure pour la Terre)

L’Heure pour la Terre, tous les médias en ont parlé; il s’agit de montrer son soutien contre les changements climatiques en posant un geste simple et symbolique : éteindre l’éclairage électrique pendant une heure. Demain samedi 27 mars, particuliers et collectivités sont donc invités à couper leurs lumières entre 20 h 30 et 21 h 30.

Je doute que s’éclairer aux chandelles ou à l’huile de colza — et a fortiori au pétrole ou à l’huile de baleine — soit une solution écologique.

J’y vois plutôt une invitation à réfléchir sur toutes ces dépenses énergétiques censées nous apporter du confort, mais qui ne nous rendent pas plus heureux — au contraire. On blâme les climatiseurs installés aux fenêtres, pourtant de nombreuses personnes ne supportent pas la chaleur estivale : oui les climatiseurs consomment de l’énergie, mais c’est justifié. En revanche, les trois couches d’emballage des gâteaux Igor, l’essence brûlée par les véhicules exclusivement urbains, tout comme les rangées de tubes fluorescents allumés toute la journée dans les édifices ou les autobus (puisqu’on parle de lumière) : quel en est l’avantage? Les gâteaux seraient plus vite ouverts avec un seul plastique, les taxis feraient des économies en roulant à l’électricité, et nos soirées seraient bien plus relaxantes si on les passait sous une lumière tamisée après avoir profité d’un éclairage véritablement naturel durant le jour.

Demain, éteignez vos lampes et courez compter les étoiles filantes!

Des leds pour éclairer les rues

16 mars 2010

Lampadaire à vapeur de mercure

Une étude américaine initiée par la ville de Pittsburgh a montré que les leds et les lampes à induction étaient une solution économique et écologique pour l’éclairage urbain. Les leds, vous les connaissez : ce sont ces toutes petites « ampoules » qu’on commence à voir partout (en fait un semi-conducteur, c’est-à-dire un composant électronique, capable d’émettre de la lumière); les ampoules à induction utilisent la fluorescence sur le même principe que les tubes fluorescents (« tubes néon »)  ou les fluocompactes, à ceci près que la source d’énergie est un champ magnétique et non un arc électrique.

Ces sources sont plus coûteuses à fabriquer et leur impact sur l’environnement est plus grand — surtout s’il s’agit de refaire toute l’installation —, toutefois l’étude montre que la stratégie est payante à long terme puisqu’on économise sur la consommation électrique et le taux de remplacement des lampes.

C’est évidemment une bonne nouvelle pour les citoyens et la planète. Mais on oublie ceci : la lumière des leds et des lampes à induction est aussi bien plus belle que celle des lampadaires qu’elle remplace. Le rendu des couleurs est très bon voire excellent, la lumière apparaît neutre ou chaude (notamment avec l’induction). La teinte orange artificielle des lampes au sodium qu’on voit partout disparaîtra en même temps que celle, cadavérique, des lampes à mercure (image ci-dessus).

Le dehors sera donc aussi joliment éclairé que le dedans, augmentant ainsi la convivialité et l’impression de sécurité. Pittsburgh se targue d’être la ville la plus agréable à vivre des États-Unis : chouette!

Pour en savoir plus :
» Des Led dans la ville, le meilleur choix pour l’éclairage urbain (sur Futura-Sciences)
» A Bright, Green Idea for Pittsburgh (PDF, communiqué de la ville de Pittsburgh)