Archive for the ‘Éclairage des transports’ Category

Ambiance intimiste ce matin dans le métro

19 novembre 2010

Panne d'alimentation dans le métro montréalais

J’habite à Montréal et prends le métro pour aller travailler. Je sais, c’est bien banal. En tout cas, je croise tous les jours l’éclat bizarre des lampes à vapeur de mercure qui équipent encore les stations montréalaises : qu’elles soient à ballon fluorescent ou à verre clair, la STM (compagnie des transports locale) les a récemment changées et on se retrouve dans une ambiance trop brillante, artificielle et très « Expo 67 ».

Mais ce matin, c’était bien plus intimiste car il faisait tout sombre dans le métro : les trois quarts — et sans doute plus — des lampes étaient éteintes. Comme si seul l’éclairage de sécurité était encore vivant. Avec certains bouts de quai carrément dans la pénombre!

— Mais quelle en est la raison? ai-je demandé au premier agent rencontré.

Sa réponse :

— Problème d’alimentation. Si on ne fait pas ça, c’est tout le métro qui saute!

— Bon choix, lui ai-je spontanément répondu.

J’ai décidément adoré cet éclairage minimaliste parfait pour ceux qui ne sont pas du matin!

Boire ou conduire son char à bœufs, nul besoin de choisir

10 mars 2010

Avant l’automobile et bien avant Facebook, les paysans allaient faire des affaires — vendre et acheter divers marchandises ou animaux — dans les foires des villes avoisinantes. Point de camion ni de tracteur donc : ils y allaient en chariot à bœufs.

La ville était loin et ils devaient rentrer de nuit; ils avaient alors l’obligation de signaler leur chariot à l’aide d’une lanterne sous peine d’amende de la maréchaussée. Seulement voilà, ils avaient oublié leur lanterne à la ferme! Que faire?

Ils allaient donc à l’auberge acheter une bouteille du vin, qu’ils vidaient dans leur gosier plutôt que par terre (pour pas gâcher) : cassée à la base et retournée avec une chandelle fichée dans le goulot, voilà une parfaite lanterne de remplacement! Hips!


Annecdote tirée de Ces objets qui nous habitent de Daniel Crozes, éditions du Rouergue, 1999.