Un film plein d’ampoules : la Cité de l’ombre

by

À l’heure du retrait progressif des ampoules « classiques », voici un film qui les met à l’honneur : la Cité de l’ombre (City of Ember).

La Cité de l'ombre - City of Ember

Film américain réalisé en 2007 par Gil Kenan
Sortie sur les écrans : fin 2008
Avec Bill Murray, Tim Robbins, Saoirse Ronan, Harry Treadaway
Voir la fiche sur Allô Ciné »

L’histoire en quelques mots

Pour sauver l’humanité
On bâtit une ville souterraine
Faite pour durer pendant 200 ans…

Mais voilà, les 200 ans sont écoulés : le générateur qui alimente les millions d’ampoules nécessaires à la vie de la cité d’Ember est quasiment hors d’usage et les pannes de courant sont de plus en plus fréquentes. Quitter Ember est tout simplement inimaginable; pourtant deux adolescents devront découvrir le secret de la ville et trouver le moyen de s’en échapper avant que le générateur ne s’arrête définitivement…

Aperçu du film

Le déroulement du film est classique et offre au final assez peu de surprises. En revanche la ville est présentée sous ses multiples facettes (rues, maisons, serres, édifices administratifs, etc.) et le spectateur s’y retrouve parfaitement immergé. On en vient petit à petit à comprendre comment fonctionne Ember, à quoi elle ressemble et quelle en est la culture.

Le film séduit surtout au travers de son ambiance ambrée qui rappelle le génial  Delicatessen de Jeunet & Caro, avec une touche de steampunk plein de rouille et de machinerie lourde. En effet, les habitants vivent en permanence sous un ciel doré de milliers (si ce n’est de millions) d’ampoules à incandescence :

Ciel d'Ember vu de la ville

Ciel d'Ember vu de la ville

… Et toutes ces lumières vues d’en haut :

Ciel d'Ember vu d'en haut

Ciel d'Ember vu d'en haut

(Oups! un quart de la ville vient de s’éteindre suite à une panne du générateur…)

On retrouve les lampes puissantes et les tubes fluorescents dans les bâtiments fonctionnels tels que le bureau des messagers ou la salle de contrôle des tuyauteries :

Messagers d'Ember

Salle des machines

Toutes ces ampoules, c’est beau!

L’histoire débutant dans un futur proche, on aurait logiquement pu s’attendre à ce que la cité soit illuminée par quelques lampes puissantes de dernière génération. Eh bien non, point de leds ni de HID : on a plutôt une gigantesque trame d’antiques ampoules à filament de carbone pour éclairer la ville et les maisons. Très peu efficace, mais tellement plus poétique!

Nos bonnes vieilles ampoules (paraît-il polluantes) sont aujourd’hui progressivement remplacées par les ampoules fluocompactes dites « économiques » (paraît-il meilleures pour l’environnement, et pourtant pleines de mercure, de métaux lourds et de plastiques). Les salons quittent petit à petit leur teinte chaude et réconfortante au profit d’une lumière plus froide et moins naturelle, incitant les amateurs d’ambiances feutrées à faire leurs stocks ou à se tourner vers des sources alternatives : lampes halogènes, bougies, etc.

Si un film d’anticipation nous présente un avenir plein de lampes à incandescence, n’est-ce pas l’aveu que celles-ci nous manquent déjà?…

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :